La Voix du Nord, août 2012

Le Tati Roulant, ou le Circuit Rétro d'un Cinéma Ambulant

| À L'ASSO DE LA CULTURE (5) | Cet été, nous partons à la rencontre des associations qui rythment la vie culturelle dans la métropole. Aujourd'hui, le Tati Roulant. Un cinéma sur quatre roues, sorti tout droit de l'usine à rêves de deux Lillois, que n'aurait pas renié l'aimable Monsieur Hulot.

 Rémi, «chauffeur de bus et chauffeur de salle», loin, très loin du Keanu Reeves du film «Speed».Rémi, «chauffeur de bus et chauffeur de salle», loin, très loin du Keanu Reeves du film «Speed».

C'est un vieux bus comme on n'en croise plus. D'un autre siècle, des années 1970-1980. Et pour être tout à fait exact, un autocar comme on n'en a jamais croisé. Un objet roulant non identifié, entre la vieille roulotte, le bazar ambulant et la salle de cinéma. Cette curiosité, on la doit à deux Lillois, Rémi Laidebeur et Marie Collot, 34 et 32 ans. Et pour en comprendre la génèse, il faut d'abord s'engager sur la nationale 7, direction la Bourgogne. « On a quitté Lille il y a quelques années pour partir à la campagne », se souvient Rémi Laidebeur, le cheveu en bataille aujourd'hui coiffé des casquettes de « chauffeur de bus et chauffeur de salle ». « On s'est alors retrouvé tout seul : on n'était plus impliqué dans la vie associative, on avait peu d'offre culturelle quand, à Lille, on voyait pas mal de spectacles et de films. Ça nous a fait tout drôle. »

Faire se rencontrer les gens

La vie d'escargot en Bourgogne, pas trop pour eux. Et parce qu'« il fallait aller vachement loin pour voir un film », Rémi et Marie ont décidé que la pellicule viendrait à eux. Ils commencent à mettre sur pied une asso qui devait leur permettre de projeter un film une fois par mois, dans une école de village. « L'idée était de créer un rendez-vous toute l'année, même en plein hiver, intéressant, convivial, festif, pour faire se rencontrer les gens. » Coïncidence, alors que l'idée du Tati roulant ne ronronne pas encore, nos deux néo-Bourguignons appellent leur asso Ciné, ça roule. « Dans ce projet, il y avait déjà cette idée de faire tourner le cinéma. » Mais voilà. En rase campagne, difficile de passer l'étape du rodage et d'avoir accès à des salles. Ainsi va naître l'idée d'une salle de projection itinérante. Et du bus. Car entre-temps, la passion du cinéma seule ne nourissant pas son homme, Rémi a appris le métier de chauffeur. Pour de vrai !

De retour à Lille, en 2008, le projet continue de faire son chemin. Un vieux bus est déniché dans les Cévennes et retapé. Aménagé puis décoré par les doigts de fée de Marie, qui enfilera désormais le costume de projectionniste, taillé pour du 16 millimètres essentiellement. Au volant du désormais Tati roulant (pour Théâtre ambulant très intimiste), Marie et Rémi sillonnent le Nord - Pas-de-Calais à la recherche d'« endroits où les gens ont difficilement accès à des projections ». Enregistrent vingt entrées à chaque séance (la capacité maximale du bus), expliquent au public leur démarche et déroulent les bobines.

Du ciné un peu bizarre

À l'affiche, projetés sur le petit écran installé au-devant du véhicule, juste derrière la place du chauffeur, « du cinéma un peu bizarre, expérimental, d'avant-garde, des années 1910 à nos jours, à la frontière de la photo, des arts plastiques et graphiques, sans forcément de narration, ni même parfois de caméra ! » Des oeuvres où l'on privilégie la forme, « que ce soit dans les cadrages, les images et les bruitages, mais qui restent résolument tout public : ça, c'est pour notre clin d'oeil à Tati. ». L'autre.

Romain Musart, La Voix du Nord, 06/08/2012


Version Femina Hebdo, juillet 2012

Pour la prochaine séance, Prenez le bus !

L'histoire commence en Bourgogne où deux lillois partis se mettre au vert créent un ciné-club de village. « Nous avions quitté Lille et pour aller au cinéma là où nous habitions, il fallait faire 60 km, raconte Rémi Laidebeur, chauffeur et créateur du Tati (Théâtre Ambulant Très Intimiste) Roulant.

« Très vite, on a programmé des séances dans les communes environnantes et on s'est mis à rêver d'une salle roulante parce que le cinéma en salle des fêtes, c'est pas toujours évident », résume le chauffeur de salle. De retour dans le Nord, on s 'est lancé en achetant un bus pour y programmer des courts-métrages atypiques et sympathiques. »

C'est un vieux Renault S45 que Rémi, « amoureux des transports en commun » confie sa complice, a déniché, en 2009, dans les Cévennes. Marie Collot y a ajouté sa touche déco pour transformer l'autocar en salle cosy de 20 places. Ensemble, ils se sont offerts le luxe de faire carburer l'engin aux pellicules 16mm. C'est Marie Collot qui joue la projectionniste. Au programme : Cinéma expérimental, films d'animation... « Comme les projections ont lieu dans un bus, l'appréhension d'entrer dans une structure culturelle disparaît. »

L'ami Tantôt

Installé à Dunkerque le jour de notre visite, le Tati Roulant permet de découvrir l'univers de Tantôt, la drôle de création du réalisateur Éric Bézy. Cette marionnette à taille humaine incarne la lenteur et semble répondre à nos marathons quotidiens par des gestes à peine perceptibles. Filmé en ville, à la plage, ou ici au cours de son ascension du beffroi de Dunkerque. Tantôt entre parfois en interaction avec les passants qui ont le temps. Résultat ? Une journée de tournage pour une minute de film souvent projetée par le Tati Roulant. Fidèle au poste, l'équipage encourage Tantôt au pied du Beffroi et programme les précédents films de Tantôt pour le présenter. Une belle complicité que Rémi Laidebeur et Marie Collot recréent aussi autour d'une lecture ou d'un concert. Embarquez, ils font toujours le plein de pépites...

Cécile Levivier, Version Femina, juillet 2012.


Magazine Le Nord, mai 2012

Tantôt et le Tati Roulant vous invitent à une drôle d'aventure cinématographique

Vous embarquez pour une séance de ciné pas comme les autres. Bienvenue à Bord !

Du 18 mai au 3 juin, le Tati et Tantôt posent leurs valises à Dunkerque et dans une dizaine de ville alentours, à l’invitation du Bateau Feu.
Tantôt, c’est une marionnette articulée au visage en pâte à modeler, héros de courtsmétrages d’animation filmés image par image par Éric Bézy au coeur des villes. Le Tati c’est un drôle de bus-salle de spectacle qui diffusera tous les jours les aventures de Tantôt.
Mais, s’il se fait l’écrin des aventures de Tantôt, le Tati (Théâtre ambulant très intimiste) Roulant sillonne également le Nord depuis 2010 pour proposer des séances de cinéma et, plus occasionnellement, des concerts ou des pièces de théâtre.

L’histoire du Tati Roulant et de ses deux instigateurs commence en Bourgogne. Au début des années 2000, les deux Nordistes Rémi Laidebeur et Marie Collot partent s’installer là-bas et décident d’animer la vie de leur village. En créant l’association Ciné ça Roule, ils proposent aux habitants de Stigny et des alentours une séance de ciné-club par mois. « On voulait créer de la vie sociale et culturelle », souligne Marie Collot.

Dès le départ, les deux amateurs de cinéma souhaitent développer l’itinérance de leurs séances, « mais c’est rarement évident d’installer un cinéma dans une salle polyvalente », sourit Rémi Laidebeur.
C’est ainsi que l’idée d’un cinéma mobile commence à germer dans leur tête...
Si l’aventure de Ciné ça Roule connaît un certain succès en Bourgogne, les deux Nordistes décident néanmoins de revenir vers le Nord. « L’idée d’un cinéma mobile ne nous lâche pas et c’est là qu’on décide d’acheter un vieux bus et de le transformer en cinéma», explique le jeune homme.
Après des travaux d’aménagements, l’autocar de 11 m de long devient donc le Tati Roulant.
Dans ce lieu de projection atypique, les deux Nordistes choisissent de présenter des films rares. « On projette du cinéma expérimental de toutes les époques et on le montre à toutes sortes de publics », annonce Marie Collot. « Ce sont des films qui ont un univers graphique et un rythme particuliers, ajoute Rémi Laidebeur. Alors on s’attache à expliquer la technique et souvent ça révèle la magie du film. Beaucoup de spectateurs sont vraiment touchés par ce que nous montrons. »

Comment agit le Département ? Soutenir la Création !
Le spectacle cinématographique du Tati Roulant bénéficie du dispositif d’aide à la diffusion du Département. En labellisant des spectacles et en soutenant leur diffusion financièrement le Département préserve la création artistique dans le Nord et met la culture à la portée de tous.


La Voix du Nord, octobre 2011

Bienvenue à bord du Tati Roulant, un bus transformé en salle de cinéma

Quelle drôle d'idée ! Un peu farfelue, concédons-le, mais tellement originale. Ce bus Renault S45 des années 70 s'installe tous les matins dans les cours d'école (ce jeudi à Petite-Forêt et demain à Marly) et chaque après-midi à Valenciennes, sur la place d'Armes. Il est transformé en salle de projection à la décoration soignée, plutôt cosy, qui rappellera aux uns les cabanes de leur enfance et aux autres une roulotte d'une autre époque. Cette initiative, c'est celle de la décoratrice Marie Collot et de Rémi Laidebeur. Les soirs de spectacle, la première est aux manettes, derrière la bobine de 16 mm au bruit si singulier, le second, ancien conducteur de bus dans une société lilloise, enfile l'habit de chauffeur de salle. Mais d'où a donc pu venir cette drôle d'idée ? « Nous habitions dans un petit village de Bourgogne et il fallait faire soixante kilomètres aller-retour pour aller au cinéma, répondent les intéressés. On s'est dit qu'il fallait trouver un moyen d'amener la culture dans les campagnes. Le Tati Roulant (TATI pour Théâtre ambulant très intimiste) le permet depuis deux ans maintenant dans le Nord, où nous sommes installés. » Documentaires, fictions, courts-métrages : tous les styles ont leur place sur l'écran (un simple drap blanc) de cette salle itinérante qui, dans une autre vie, transporta des militaires et des écoliers des Cévennes ! « Nous l'avons trouvé sur Internet, se souvient Rémi. Il appartenait à une discothèque qui s'en servait pour ramener ses clients à leur domicile. »

La tradition du cinéma forain

Après des mois de travail pour changer la déco et aménager les places assises (vingt au total, douze en première classe et huit en seconde), il a entamé une première grande tournée dans la région, des cours d'école aux places publiques. Une manière de renouer avec la tradition du cinéma forain. Une expérience insolite ...

Samuel PETIT, La Voix du Nord, 13/10/2011

l'Observateur de l'Arrageois, octobre 2011.

Le « Tati Roulant » débarque chez vous

Montez à bord de ce vieil autocar, reconverti en salle de cinéma intimiste ! Le « Tati roulant » arrive près de chez vous !

« Ce vieil autobus n’en est pas un », signale le chauffeur de salle, en empoignant son mégaphone. « Dans cette salle de cinéma roulante, on vous propose une série de films épatants et époustouflants ! » Avant même de monter à bord du « Tati roulant », Rémi Laidebeur donne le ton. Ici, on vous propose une expérience surprenante : la découverte de pépites méconnues du septième art, dans un cadre intimiste.

De l’extérieur, le bus ne paie pas vraiment de mine. Mais il suffit de monter les trois marches pour laisser le charme agir. Une ambiance cosy avec lumière tamisée, le cliquetis d’un antique projecteur... Bienvenue à bord de cette minuscule salle de cinéma, avec 20 places assises, pas une de plus ! La communauté de communes d’Osartis a fait confiance à Rémi Laidebeur pour lancer sa deuxième saison culturelle. Le concepteur du T.A.T.i (comprenez, le Théâtre ambulant très intimiste) en avait rêvé : « Je voulais trouver un endroit où le public familial, de campagne ou de quartier, pourrait se retrouver. Et où il pourrait découvrir le cinéma expérimental que beaucoup considèrent comme élitiste. » Et il l’a fait : il y a deux ans, Rémi Laidebeur acquiert un bus et monte son association. Une entreprise qu’il mène en duo, avec Marie Collot, décoratrice du Tati et projectionniste. Résultat : depuis un an, le bus sillonne la région.

Cécile Vizier, l'Observateur de l'Arrageois, octobre 2011.

France 3 , septembre 2011

Le cinéma déambule...

« Chacun a pris son ticket, et c'est parti pour 13 minutes de films, à l'intérieur de cet autocar datant de 1980. Cette après-midi là, à Cayeux-sur-Mer, le Tati Roulant affiche complet.

Interview (Rémi) : Alors on projette ici des films qui sont d'une grande qualité artistique, et en général cela plait aux gens parce que on est dans un contexte convivial, sympathique, et agréable, et on arrive comme ça à faire découvrir des petits bijoux cinématographiques aux gens, et, c'est chouette !

Interview (spectateurs) : Le cinéma c'est vraiment un transport en commun, et là c'était l'occasion de le constater ! » [...]

Issa Rahabia, France 3, 26/09/2011



TF1, journal de 20h, septembre 2011

Cinéma Nomade

« Rémi était chauffeur de bus, il est maintenant chauffeur de salle. Depuis 3 ans, Rémi et Marie sillonnent la France à bord de leur bus transformé en salle de cinéma. Pour les spectateurs, c'est un espace de découverte.

Interview (Rémi) : à l'intérieur de ce bus, nous diffusons des films qui sont vraiment des films bizarres, qui sont très rarement diffusés, et ça nous plait de partager des choses »

Loin des standards grand-public, une expérience pour les visiteurs... »

Anaïs Barth, TF1, 25/09/2011

France Inter, Carnets de Campagne, juin 2011

« Carnets de Campagne, bonjour ! Dernière journée dans le département du Nord, une émission qui va permettre de parler de l'inventivité locale. Je commence par le Tati Roulant, Tati comme Jacques ! Avec une conjugaison de cinéma et de poésie populaire, à l'image du génial cinéaste, le Tati Roulant est donc d'abord un cinéma itinérant. Vous prenez un bon vieux S45 de 1984, pour les connaisseurs, c'est un bus Saviem, transformé en salle obscure, petite, certes, mais belle et magique. Le Tati Roulant peut accueillir des spectacles, des lectures, voire des concerts, sous la conduite de Rémi, chauffeur cinéphile, et de Marie, projectionniste. Et surtout le Tati Roulant et associé au projet « Tati et Tantôt » : c'est le cinéaste Éric Bézy qui opère à cet endroit, avec un personnage. C'est une sorte d'immense pantin à taille humaine, qui est l'acteur premier de films d'animation extraordinaires. Il s'appelle Tantôt, filmé image par image, il est placé dans la vie et dans la ville, en situation réelle, et en interaction avec les passants, les figurants, les scènes de la vie. Il incarne une lenteur, à l'instar du bus Tati, une poésie de la vie. La séquence image par image rend compte de cette lenteur philosophique en opposition aux agitations contemporaines. Le travail réalisé est remarquable de sensibilité, en sachant que c'est un énorme boulot : une minute de film nécessite une journée de prises de vues, de prises de vie, j'ai envie de dire. Évidemment, ces films d'animation sont projetés dans le Tati Roulant... »

Philippe Bertrand, France Inter, juin 2011


Lille Métropole Info, mai 2011

Le « Tati roulant » tisse sa toile

Ils adorent le cinéma et conduire des bus. Marie et Rémi ont réuni leurs passions en un concept insolite : un Théâtre Ambulant Très Intimiste (TATI). Depuis peu, ils cherchent - et trouvent - des places et des parkings où garer leur autocar qui fait office de salle de projection.

Cela ressemble fort à une lubie. Il n’en est rien. Voilà plusieurs années que l’idée mûrissait dans la tête de ces deux Lillois trentenaires qui ont à leur actif l’organisation de soirées dans des villages bourguignons. « Nous étions partis vivre à la campagne et nous y avons découvert les joies comme les difficultés, dont celle de devoir faire 50 kilomètres pour aller au cinéma », se souvient Rémi Laidebeur. Le couple a l’idée de s’équiper en projecteurs. L’association Ciné ça Roule naît dans la foulée. Nous sommes en 2007, le premier film projeté est Jacquot de Nantes d’Agnès Varda.

Voyage immobile

À leur retour à Lille en 2009, les deux cinéphiles, devenus Fivois, dénichent un bus dans les Cévennes, un beau modèle Renault qui fleure bon les années 1970. Ils l’aménagent. Une vingtaine de fauteuils d’origine sont placés en gradins. Marie Collot s’occupe de la décoration. Des rideaux et des abat-jours colorés sont confectionnés, des lampions sont prévus pour égayer l’extérieur : « Ça lui a donné un côté Jour de Fête de Jacques Tati ». L’aventure immobile au pays du septième art peut commencer, aidée en cela par des subventions européennes notamment. Et comme le cinéma expérimental des années 1930 les passionne, les propriétaires du « Tati Roulant » auront à cœur de faire découvrir à leur public des œuvres surprenantes dont celles de Len Lye.

Lille Métropole Info, mai 2011

L'Écho du Pas-de-Calais, avril-mai 2011

Tati et Tantôt

C’est un petit lieu rigolo, tout beau, bien chaud. Un Théâtre ambulant très intimiste, un Tati. Marie Collot, décoratrice et projectionniste, et Rémi Laidebeur, chauffeur de salle et de bus, ont inventé cette drôle de salle de spectacle ambulante ; un bus de 2,5 m de large. Il se pose sur une place, une cour, un parvis et invite une vingtaine de spectateurs à la fois pour des séances de court-métrage. Images en mouvement, films d’animation, films d’expérimentation… il y a un peu de tout dans ce vieil autocar intrigant. Il y a aussi du rire, beaucoup de rire. En résidence à Culture commune, Tati a accueilli Tantôt, une marionnette hors du commun, qui est filmée image par image par une équipe de cinéastes qui lui donne vie… lentement, lentement. La vie de Tantôt se déroule dans des familles ou dans des lieux publics… où tout paraît rapide, si rapide. Dans ce rythme du monde qui paraît affolé, quelques humains entrent dans l’espace temps de Tantôt, une sorte de cinquième dimension. Rigolo.

L'Écho du Pas-de-Calais, avril-mai 2011

Nord Éclair, mars 2011

Quand le Tati Roulant fait son Jacques

Le Tati Roulant amène le cinéma dans tous les recoins possibles.

C'est une petite salle de cinéma sur roues. Dans l'ancien autobus transformé en Tati Roulant, on déroule des bobines de films projetés à 20 spectateurs dans une ambiance chaleureuse qui fleure le bon le cinéma à l'ancienne. Une chouette idée lancée par deux Fivois.

Souvenez-vous de Trafic. Monsieur Hulot était chargé d'assurer le convoyage d'une Renault 4L aménagée en voiture de camping révolutionnaire, dotée de nombreux gadgets. Loufoque.

Quarante ans après la sortie de ce célèbre film du réalisateur Jacques Tati, deux Fivois lui rendent un bel hommage à travers « le Tati Roulant » : « un vieil autocar intrigant, qui atterrit tel un ovni sur les places des villes ou des villages », expliquent ses concepteurs.
Marie Collot et Rémi Laidebeur, deux jeunes Fivois cinéphiles, ont transformé un vieux bus Renault S45, au compteur affichant plus de 350 000 bornes, en salle de cinéma itinérante. « On a conservé des banquettes, aménagé des gradins et on a modifié tout l'intérieur ». C'est Marie qui s'est collée à la déco pour rappeler aux spectateurs les salles de spectacle cosy, « les cabanes de notre enfance ou les roulottes d'une autre époque ».

L'idée leur est venue après un long périple. Les Nordistes en avaient marre du gris du ciel, il était temps de se mettre au vert. Direction la Bourgogne. Son air pur, sa campagne, son calme. Très calme. Trop calme. « Les premières structures culturelles étaient à une trentaine de kilomètres , raconte le couple. C'était sympa de vivre dans un village de 100 habitants, sans commerces, et tout ça, mais au bout de cinq ans, on s'ennuyait un peu ». Rémi, pour gagner sa vie, était chauffeur de car. Avec Marie, il a créé un cinéclub pour animer leurs vertes prairies. Un succès. De retour à Lille, ils n'ont pas lâché cette idée : proposer des films à ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un ciné à leur porte. « On a dégoté un bus dans les Cévennes qui appartenait à une boîte de nuit, la Fiesta. On avait peur que le plafond soit trop bas mais pour une petite jauge comme la nôtre, c'est parfait ».

Le Tati roulant bientôt à Fives

À l'intérieur du Tati Roulant (T.A.T.I., comme « Théâtre Ambulant Très Intimiste »), il n'y a pas de cloison entre les spectateurs et le projectionniste. « Les enfants sont fascinés. Ils ne connaissent pas ces appareils et comme on entend le bruit des bobines qui tournent, ils adorent ».
Rémi joue le chauffeur de salle, choisit les œuvres cinématographiques, et emmène le public vers un univers parfois inconnu. « On projette pas mal de films courts, souvent expérimentaux mais aussi des grands classiques du genre comme Len Lye, Osker Fischinger ou Viviane Ostrovsky ».
Des petits films d'animation rigolos, qui ne racontent pas forcément une histoire, et que l'on trouve très rarement. « Certains réalisateurs peignent sur la pellicule ou sur la bande son », explique Rémi, passionné. Le Tati Roulant a ainsi proposé des séances de cinéma atypiques dans le cadre du Cabaret des Curiosités à Dunkerque. Le public le retrouvera au festival Quand l'Art prend l'Aire à Aire sur la Lys ou au Salon du Livre organisé par Colères du Présent à Arras. Et les deux sympathiques Fivois seront aussi au Fivestival, place Degeyter en plein coeur de Fives...

Laurie MONIEZ, Nord Éclair, mars 2011

Let's Motiv, janvier 2011

Le Tati Roulant

Depuis 2009, un drôle de bus sillonne notre région. À la différence de ses semblables qui marchent au pétrole, celui-ci carbure aux pellicules 16 mm pour diriger ses passagers vers les contrées inexplorées du cinéma d'auteur. Ce curieux ovni capable de se transformer en salle obscure comme en salle de spectacles a été imaginé par Marie et Rémi, deux Lillois passionnés de 7e art. À bord de leur charmant « Théâtre Ambulant Très Intimiste » (TATI) : vingt sièges tout au plus encadrent un vieux projecteur dont le doux bruit agrémente les films de Len Lye, Martin Arnold ou encore John Nathan Campbell. Sans compter que Rémi, votre « guide chauffeur » ne manque jamais d'anecdotes croustillantes sur les œuvres et leurs auteurs. Prenez donc votre ticket ! /

Edlef Kowalyk, Let's Motiv, janvier 2011